--Forum fermé--
 

Partagez | 
 

 Petite plume explore Union sans surveillance, maître hiboux à disparu ! [PV Kat']

Aller en bas 
AuteurMessage
Aragëa

avatar

Race : Fiores
Maître/Ecuyer : maître hiboux, ancien gardien
Armes : 2 dagues, arc
Messages : 33
Date d'inscription : 25/03/2012

Feuille de personnage
Niveau:
10/20  (10/20)

MessageSujet: Petite plume explore Union sans surveillance, maître hiboux à disparu ! [PV Kat']   Dim 1 Juil - 16:29

La jeune fille fut réveillée bien avant l’aube par maitre hiboux, en effet celui-ci avait décidé d’emmener son apprentie s’entraîner aux armes avec d’autres jeunes gens, trouvant qu’il était préférable de s’entrainer avec le plus de mon possible pour s’habituer à tout les styles de combat. C’était selon lui la clé pour devenir un bon gardien, pourvoir parer à toute éventualité. Aragëa eut juste le temps de s’apprêter, prendre ses armes et s’envoler. Elle n’a même pas put prendre le temps de lisser ses plumes froissée pendant la nuit !

Les deux fiores quittèrent le bastion où nichait la communauté ailée d’Ardhès. Ils survolèrent l’ile durant deux longues heures, le vieux hiboux faisant moult détours de façon à entrainer l’endurance en vol de sa jeune apprentie. Celle-ci d’ailleurs, n’arrêta pas de se plaindre de tout le voyage car elle avait l’estomac complètement vide et elle n’aimait pas sa du tout. Lorsqu’ils arrivèrent à Union, ils atterrirent directement dans la cour d’entrainement. Maître hiboux s’avança alors vers un homme en armure, un garde qui était en charge de l’entraînement des jeunes soldats. Avisant de la petite plume qui se tenait en retrait derrière l’ancien, il ria franchement ne se cachant pas répondant au vieux maitre

« Je veux bien la prendre ici pour la matinée… mais si elle ne revient pas entière, il ne faudra pas m’en vouloir ! Tu aurais mieux fait d’envoyer cette petite au travaux de couture, elle aurait aux moins eut des armes à sa taille.. des aiguilles ! hahaha »

Le garde riait d’un rire gras, s’amusant de ses blagues macho. La gamine elle n’appréciait pas du tout, et ne le cachait pas, dardant l’humain d’un regard courroucé en arborant une moue boudeuse. Ce tableau n’avait rien d’effrayant, que du contraire il fit redoubler les rires du soldats qui se communiquèrent aux personnes les plus proches, frustrant de plus belle la jeune fiore.

Celle-ci se retrouva à combattre contre plusieurs jeune gens, de toute âge et de toute race. Elle se fit battre par la plupart d’entre eux, mais réussit à prendre de belle victoire grâce à son habilité et à sa rapidité, le plus satisfaisant pour elle fut de savoir qu’elle avait battus les poulains du gardes. La gamine lui décocha un regard plein de fierté, bombant le torse et relevant fièrement la tête comme un coq. Lorsque l’entraînement fut suspendu pour la pause déjeuné, elle se rendit compte que son maitre n’était plus présent. Profitant de cette occasion, elle s’éclipsa de la cours d’entrainement pour se rendre jusqu’aux cuisines. Une fois rendue là bas, elle demanda souriante et d’une voix enjouée par la prochaine satisfaction de son estomac

« Bonjour, excusez-moi .. serait-il possible d’avoir quelques bout de pain ? »

Ayant vu ressortir de là quelques minutes plus tôt une des recrues avec qui elle c’était entrainée, elle s’attendait à recevoir de quoi manger sans soucis. Cependant, le chef cuistot lui claqua presque la porte au nez disant d’une voix rêche
« On ne nourrit pas les étrangers ici »
La fiore se retrouva devant la porte des cuisines, fermée, complètement abasourdie et dépitée son estomac criant famine. Lorsqu’un gargouillis se fit entendre tellement fort qu’il résonna dans tout le couloir elle dit en prenant en mains le gecko orange qui dormait tranquillement dans ses cheveux.

« Mais Comment je vais survivre Mushu ! Ce n’est pas en te mangeant que je pourrais satisfaire mon estomac .. Ce cuisinier n’est qu’un goujat ! »

La jeune fiore resta là, à traiter le cuisiner de tout les noms d'oiseaux en parlant à son gecko que seule elle pouvait voir dans le creux de ses mains. La plupart des personnes qui passaient près d'elle s'écartaient quelque peu, se demandant bien ce que cette folle fichait ici .



Couleur d'écriture :: #993300
Compagnon de route :
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ashill

avatar

Race : Ruhhain
Age du personnage : 24
Maître/Ecuyer : Aucun
Armes : Flissa
Armes magiques : Aucune
Messages : 25
Date d'inscription : 22/04/2012
Localisation :

Feuille de personnage
Niveau:
11/20  (11/20)

MessageSujet: Re: Petite plume explore Union sans surveillance, maître hiboux à disparu ! [PV Kat']   Mar 3 Juil - 18:14

    " Où se trouve le mage, celui avec les tatouages ? " interrogea un vieil homme, d’une voix grave et autoritaire.

    " Probablement dans ses appartements. " répondit très franchement l’un des gardes postés à Union.

Le mage en question ne savait pas ce qui allait l’attendre aujourd’hui. Pour tout dire, au moment où on l’avait nommé "magicien de l’Ordre d’Ardhès", le vieux qui l’avait recruté, du moins obligé en fait, lui avait assuré qu’il obtiendrait sous peu de plus amples informations sur son job, certainement une sorte de stage ou de test d’aptitude. Katerís trouverait cela plutôt étrange qu’on le teste alors qu’il était bien renommé comme le mage du coin, surtout que ces rebelles étaient en manque d’hommes de magie. Peut-être qu’ils voulaient respecter le protocole, pour faire sérieux et bien discipliné. L’elfe tatoué se fichait de tout ça, qu’on lui dise ce qu’il doit faire pour qu’on lui foute la paix ! Donc, peu après sa nomination, il attendu, longuement, trop longuement. Le pirate passait son temps dans ses appartements, à la taverne, au lac, dans la rue, mais rien ne venait. Cela fait quand même plus d’une bonne semaine qu’il est ici, ils pourraient être plus rapides à le contacter. Il avait même essayé une fois de reparler au vieux, et tout ce que ce mage trop blanc à son goût lui avait rétorqué, c’est qu’ils faisaient encore des préparatifs. Mais des préparatifs à quoi ? C’était si compliqué d’être admis dans ce fichu Ordre ?! S’ils faisaient entrer des personnes de la trempe de Katerís, c’est que cet Ordre devait être la porte ouverte au premier demeuré du coin. Grognant de mécontentement, le tatoué s’était une fois de plus éclipsé, mettant son mal en patience pour le moment.

Ce n’est qu’en milieu de semaine, c’est-à-dire aujourd’hui même, qu’on daigna enfin lui expliquer son rôle. Assoupi près de la fenêtre, à épier les passants de loin, quelques rayons de soleil en pleine face, le contrebandier ne faisait que laisser diluer l’alcool qu’il avait un peu consommé plus tôt. Rien de mieux à faire que de se bourrer tout seul. Il aurait bien pu se rendre à une taverne au hasard, pour jouer un peu, se bagarrer, bref de quoi se divertir un peu plus. Le souci étant que c’était encore le matin et qu’il ne devait pas y avoir de bons spécimens à emmerder là-bas. Puis au moins, la bière d’Ardhès avait le mérite d’être suffisamment bonne pour le faire taire, elle clouait plus que celles de Valor, ce qui faisait bien plaisir au jeune ivrogne qu’il était. Tout aurait pu bien se passer dans ce petit moment de détente s’il n’avait soudainement pas été dérangé par l’intrusion des gardes dans sa chambre. De prime abord surprit par cette entrée fracassant, Katerís tenta tout de même de dissimuler sa gêne de voir autant d’armures à la fois dans la même pièce avec lui ; disons que pour un contrebandier, cela rimait souvent avec prison, heureusement qu’il n’était techniquement plus du monde des criminels. Se relevant inlassablement, il posa sa main sur son arbalète chétive avant de la porter à son épaule, dardant les gardes avec une mine déconfite.


    " On ne toque pas avant d’entrer sur ce continent ? " fit remarquer le magicien, bien qu’il ne fût pas si occupé que ça, c’était juste pour les enquiquiner un peu.

    " Tes supérieurs t’ont convoqué, mage. " se contenta d’expliquer l’un des guerriers, ignorant totalement la moquerie de l’étranger.

    " Ce n’est pas trop tôt ! " s’exclama alors le pirate, prenant les devants en rengainant complètement sa Lisbeth dans son étui dorsal.

A son passage, les gardes le laissèrent passer, mais le suivirent de près. Maintenant qu’il avait eu largement le temps de vagabonder à l’intérieur d’Union pour en connaître presque tous les chemins possibles. En réalité, bien qu’il ait une bonne représentation schématique des lieux, Katerís avait encore du mal à se repérer : c’était beaucoup plus grand que sur son bateau, rien de plus normal cela dit. Marin dans l’âme, il n’avait toujours pas pris l’habitude de traîner sur la terre ferme, et ne risquait de jamais l’avoir. Pas question pour lui de s’habituer à cette vie citadine, c’était déjà un continent qu’il n’aimait pas car trop différent de Valor, puis toute cette propagande pour la liberté des races… Honnêtement, l’elfe-sirène devait avouer que les humains de Concordia n’étaient pas si amicaux que cela et que l’oppression de cette race sur les autres était une véritable honte, cependant il n’allait pas se battre pour mettre le royaume à feu et à sang, ce n’était pas un guerrier à la base. Malgré tout, il se battra avec ces rebelles si cela peut assurer sa survie, du moins jusqu’au jour où il trouvera une échappatoire à sa fâcheuse situation. C’était bien ce qu’il montrait en ce moment, sinon il serait parti à toute allure pour éviter ces tâches ingrates.

Se retrouvant donc de nouveau face à ce vieil homme qui avait crié sur tous les toits qu’il était un mage à gros potentiel, croisant aussi directement ses bras sur son torse, Katerís sentait déjà que la suite n’allait pas lui plaire. Ce n’est pas comme s’il avait été forcé à devenir magicien de l’Ordre non plus, mais bref. Le vieux lui expliqua qu’en tant que mage de l’Ordre, il était concrètement plus expérimenté du côté de la magie que les autres. Le tatoué ne pouvait pas vraiment le confirmer, vu qu’il ne connait pas trop les autres membres de l’Ordre, mais on lui avait toujours dit, dès son plus jeune âge, qu’il possédait un fort contrôle de l’Éther, ce ne devait donc pas être si faux que ça. De cette position, ce serait celui qui devra résoudre les problèmes touchant l’Éther en général, mais aussi assurer un rôle d’enseignant auprès des futures générations. Piqué au vif, le mage des mers tiqua au mot "enseignant", il n’a jamais été professeur de quoique ce soit. Cela ne lui plût vraiment pas, mais il laissa une chance au vieil homme de se rattraper avec ses prochains dires, ce qui finalement ne fit qu’empirer : Katerís allait devoir offrir tout son savoir sur la magie et l’éducation auprès des pages, pour qu’ils deviennent à leur tour des écuyers prêts à apprendre sur le terrain. Jouer le jeu du maître de classe auprès de petits garnements, cela n’intéressa aucunement le pirate et il ne se gêna pas pour faire part de son aversion.


    " Attendez, j’ai des armes, des pouvoirs, un charisme de fou, et vous voulez que je fasse dicter de la poésie aux rejetons ?! " s’écria-t-il, certainement trop orgueilleux pour faire une chose pareille, lui qui croyait qu’il allait devoir se battre.

    " Vous voulez peut-être entraîner les jeunes guerriers ? " proposa alors le vieux en désignant la fenêtre.

Tournant la tête en direction de l’extérieur, Katerís se rendit compte qu’ils avaient une vue imprenable sur la cour d’entraînement. Ne sachant pas trop où il voulait en venir, le contrebandier se contenta de chercher du regard un indice sur les propos de son interlocuteur ; c’est là que son regard s’attarda sur un combat opposant deux jeunes, dont une fille plutôt habile qui ne fit qu’une bouchée de l’autre gusse. Cette fiore, car c’en était une vu les ailes dans le dos, avait du talent, c’était finalement plus sûr d’entraîner des morveux plutôt que ces adolescents plus baraqués que lui et qui lui fichaient un peu la trouille malgré leur âge. Pour simple réaction, le mage se retourna vers le vieux en se mordant la lèvre inférieure, signe qu’il se sentait plus en sécurité entre ces murs.

    " C’est bien la poésie, aussi. " haussant les épaules suite à ses mots, il avait fini par capituler.

Heureusement ou son contraire, il n’y avait pas assez de pages dans l’Ordre, voire aucun pour le moment, pour qu’il assure des cours, ni même un apprenti-mage à qui il devrait sérieusement entraîner afin qu’il le succède un jour, à supposer que le Katerís soit encore présent en ces terres arides. Quitte à rester dans l’Ordre en tant que mage, l’elfe aurait voulu subir plus d’actions, au côté des chevaliers ou des cavaliers par exemple, mais on dirait bien qu’il allait rester au chaud à Union, ce qui n’avait pas que des mauvais côtés de son point de vue, bien au contraire. Au moins, il était rassuré de rester en vie, c’était déjà un bon début. Mais très franchement, il se voyait mal passer des jours sur des livres et des documents pour éduquer des enfants, ce n’était vraiment pas son style. Il n’a jamais eu d’apprenti de sa vie, même sur son bateau ! Plus il y pensait, plus le pirate était convaincu que cet Ordre recrutait un peu trop à tours de bras et qu’ils triaient les postes vraiment à la courte paille. Irrité par le contenu de cette convocation, Katerís finit par quitter la pièce en grognant, encore, pour aller se changer les idées ailleurs.

Libéré des gardes pour cette fois, il le regretta un peu puisqu’il ne s’orienta pas correctement dans les couloirs. Où était la sortie ?! C’était plus facile de naviguer en mer, au moins il n’y avait pas de couloirs là-bas ! Les terrestres avaient vraiment des idées loufoques sur l’architecture, ils se compliquaient la vie tout seul. Évidemment, en tant qu’incontournable sirène, il ne fit que de se perdre près des cuisines apparemment, vu que c’était l’heure de manger et qu’il y avait un peu de monde par ici. Voyant au loin l’entrée des cuisines, Katerís se dit finalement qu’il ne perdait rien à aller piocher une ou deux bouteilles, l’autre gars lui avait un peu coupé l’appétit. S’arrêtant à quelques mètres de là, il assista à un échange entre la fiore de tout à l’heure et le chef cuistot, ce dernier n’étant pas enclin à nourrir ceux avec qui il n’avait pas l’habitude de traiter, on dirait bien. Bon, le vieux l’avait déjà énervé, en le traitant presque de touriste incompétent, mais là c’en était trop ! S’avançant rapidement vers la porte, il ignora la jeune fille et porta un gros coup du plat de sa botte dans la porte pour forcer le passage. Son petit spectacle musclé fit sursauter les cuisiniers, lui continua de se montrer parfaitement ignorant, prenant une bouteille bien pleine avant de faire demi-tour. Là, le chef cuistot le chopa par l’épaule et sembla ne pas être prêt à se laisser battre par un homme aussi étrange que le mage.


    " Toi, saleté d’elfe, rends-ça tout d… " commença le bonhomme sur un ton menaçant avant qu’il se prenne un coup de boule de la part de Katerís, le mettant KO direct.

    " Un peu de galanterie pour une sirène, voyons. " plaisanta alors sur ses propres gènes le concerné, sans afficher le moindre sourire.

Le personnel des cuisines n’osa pas s’en prendre à lui, à croire que son apparence et sa petite prise-de-bec avec leur supérieur les avait convaincus de ne pas jouer les héros. En même temps, ce n’était pas le pirate qui l’avait cherché, c’était bien fait pour lui. En compensation pour la gêne occasionnée, à son encontre bien sûr, il s’empara d’une seconde bouteille, de quoi ne pas faire payer davantage ce cuistot pour son racisme plutôt inapproprié pour un membre de la communauté rebelle. Ne se battaient-ils pas pour la suprématie des races autres qu’humaines ? Franchement, ce pays commençait à devenir de plus en plus incompréhensible aux yeux de l’elfe aquatique. Enfin, il ne comptait pas rester ici éternellement, alors autant vivre du jour au jour. Faisant volte-face en direction de la sortie, il ne fit à peine que deux pas avant qu’il ne constate que la fiore était restée devant la porte, elle aussi avait assisté à la scène, non pas que cela gênait le fouteur-de-trouble.

    " Qu’y a-t-il, fillette ? Tu me gênes le passage, là. " fit constater le tatoué afin de pouvoir quitter les lieux, on l’avait assez énervé en cette matinée afin qu’il se mette à chercher la tranquillité pour la suite de la journée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aragëa

avatar

Race : Fiores
Maître/Ecuyer : maître hiboux, ancien gardien
Armes : 2 dagues, arc
Messages : 33
Date d'inscription : 25/03/2012

Feuille de personnage
Niveau:
10/20  (10/20)

MessageSujet: Re: Petite plume explore Union sans surveillance, maître hiboux à disparu ! [PV Kat']   Jeu 5 Juil - 13:30

Des murmures se faisaient entendre, des rires moqueurs à peine caché et quelques regards en biais animaient le couloir passant près des cuisines. En effet, la plupart des servants et autres personnes qui passaient par là se moquait allègrement de la petite fiore qui venait de se faire remballer par le chef-cuistot. Et lorsqu’elle se mit à parler toute seule, sa n’arrangea en rien les choses. Les bruits de couloirs, les rumeurs et autres moqueries sur la fiore allant de bon train. Certain même, ne se privait pas de rire près d’elle. Mais la gamine tellement concentrée sur sa discussion avec le petit gecko que personne ne voyait, ne remarquait rien.

Elle fut coupée dans son monologue lorsqu’elle faillit tomber à la renverse, sursautant tandis qu’un .. un .. un elle ne savait pas trop quoi venait d’arriver, s’ouvrant un chemin vers les cuisines d’un coup de botte. Envoyant valser la porte qui s’ouvrit violement, claquant contre le mur et interrompant toute activité dans la cuisine. Elle assista abasourdie à l’entrée en force de l’elfe, en tout cas elle pensait qu’il s’agissait d’un elfe au vue de ses oreilles, dans les cuisines. L’étrange personne prit possession de deux bouteilles, faisant alors demi-tour pour allez vers la sortie ou elle se trouvait. Mais le chef-cuistot l’arrêta bien avant, la gamine eut des sueurs froides rien qu’à voir la tête du cuisinier qui ne semblait pas ravi du tout d’un tel remue ménage dans sa cuisine. Elle fut encore plus estomaquée à la réaction de l’inconnu, elle adorerait apprendre des techniques pareils ! mais sa n’était pas du genre à maitre hiboux, malheureusement ou heureusement pour elle.

Quand le nouveau venu évoqua le fait qu’il était une sirène, La gamine le regarda en n’y croyant pas trop.. on lui avait dit que les sirènes ressemblaient à de gros poissons, comme le saumon ou la morue. Lui, n’y ressemblait pas du tout, ou plutôt absolument pas.

Aragëa sortit de ses pensées lorsque l’étrange individus se trouva devant elle, l’interpellant avec un nom qui ne lui plaisait guère ! Gonflant ses plumes, serrant ses poings contre elle alors qu’elle tendait les bras vers le sol, elle dit en fixant le malotrus dans les yeux

« Je ne suis PAS une fillette ! Et C’est toi qui m’a bousculée pour entrer tantôt , c’est à toi de t’excuser doublement .. et je ne bougerais pas d’ici tant que sa ne sera pas le cas ! »

Elle croisa ensuite les bras sur sa poitrine, ou plutôt l’endroit où elle aurait du se trouver, fixant l’étrange individus aux cheveux blanc d’un air courroucé, arborant une mimique boudeuse sur son visage. Rien d’effrayant en soit, plutôt le contraire même, elle paraissait mignonne avec son nez légèrement retroussé et la petite ride qui se glissait insidieusement entre ses sourcils froncés.



Couleur d'écriture :: #993300
Compagnon de route :
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ashill

avatar

Race : Ruhhain
Age du personnage : 24
Maître/Ecuyer : Aucun
Armes : Flissa
Armes magiques : Aucune
Messages : 25
Date d'inscription : 22/04/2012
Localisation :

Feuille de personnage
Niveau:
11/20  (11/20)

MessageSujet: Re: Petite plume explore Union sans surveillance, maître hiboux à disparu ! [PV Kat']   Lun 9 Juil - 18:11

Vu l’intensité du remue-ménage qu’il venait de réaliser, Katerís se doutait bien qu’on allait le lui reprocher, ou pire le lui faire payer. Pour ainsi dire, il s’en contrefichait complètement des représailles, mais disons qu’il était également conscient que ce n’était pas le comportement exemplaire d’un mage vis-à-vis du peuple pour lequel il exerce sa profession. L’elfe avait eu de quoi s’en rendre compte lorsqu’il était encore un jeune bambin à Aeçore ; entraîné par les sirènes spécialistes de la magie, il avait toujours été déconcerté par leur manque de réactivité et surtout le peu de divertissement qu’ils avaient à revendre. Le tatoué était donc complètement étranger à son propre statut, ou alors il était une figure paradoxale de ce prestigieux poste de magicien. Malgré tout, il suffisait de poser un regard sur sa personne afin de se rendre compte qu’il n’était pas vraiment un homme à fréquenter et que sa place ne semble que parmi le petit peuple ou parmi les membres du banditisme. Après tout, même en étant attitré de la sorte, Katerís n’avait toujours pas arrangé son image auprès de ses nouveaux "camarades" : il n’avait de cesse de continuer à s’accoutrer comme lorsqu’il était encore capitaine de la Marina, ses vêtements étant clairement typiquement pirates et non mages. Il n’en voyait pas non plus l’intérêt, vu qu’il ne comptait pas rester indéfiniment en ce continent : il avait peut-être prêté allégeance, il restait lié au marché noir et ne voulait en aucun cas s’en séparer. Un jour ou l’autre, que ces rebelles le veuillent ou non, il ne sera plus avec eux, et pas parce qu’il aura donné sa vie pour eux, oh non…

Que ce soit sa propre allure ou son caractère, Katerís n’y allait pas de main morte pour montrer qu’il se fichait complètement du protocole, pour le moment. Pas de gardes dans les environs, ni de membres de l’Ordre, il se sentait ainsi plus libre qu’à l’habitude, bien qu’il savait qu’il ne pouvait pas tout se permettre, même à l’abri des regards autoritaires. Il n’était pas suffisamment aveugle pour ne pas constater qu’il y avait beaucoup de témoins ici, pas étonnant vu que ces lieux sont nuls autres que les cuisines et que c’était un peu l’heure de satisfaire son appétit en milieu de journée. Au moins, même à Ardhès les traditionnelles coutumes quotidiennes restaient intactes, même si le reste ne semblait pas bien suivre le rythme, ou plutôt qu’il se détache totalement de ce qu’à pu voir ou vécu le jeune pirate. Vivre de nouvelles aventures ne lui déplaisait pas, bien au contraire, mais il fallait que le contexte sache le retenir, et cela n’était même pas le cas ici même. Certes, ça avait été jouissif de tabasser un cuistot un peu trop aigri à son goût, mais cela ne rattrapait pas encore la colère qu’il avait emmagasiné ce matin à cause de l’autre vieux mage. Il en faudrait une dizaine d’autres de cuistots dans son genre pour qu’il évacue tout son agacement, même s’il finira bien par avoir mal au crâne au bout du compte. Enfin bon, si ce chef-cuistot ne suffisait pas, il a fallu qu’on lui foute un piaf à la sortie.

Eh oui, une Fiore lui barrait catégoriquement la route, même lorsqu’il lui faisait remarquer qu’il ne pourrait pas quitter ces lieux tant qu’elle ne se poussait pas un peu. Le fait que sa petite mise en scène attire l’œil n’était pas un problème, c’était surtout le fait qu’elle était vraiment contre l’idée de le laisser s’en tirer en si bons comptes. Et pour cause ? Katerís l’aurait bousculé tout à l’heure en entrant, peut-être bien que oui, disons qu’il n’avait pas vraiment fait gaffe sur le moment, mais il se rappelait quand même bien qu’elle était sur son chemin à cet instant précis. Des excuses s’imposaient en effet, mais le pirate n’était pas du genre à en donner si facilement, surtout à quelqu’un de plus faible que lui, ou plutôt de moins âgé que lui vu qu’il se rappelait très bien qu’elle avait latter plusieurs gars de presque sa carrure il y a peu. Comme dit, les gosses de ce bled faisaient peur, cependant c’était surtout le fait qu’elle soit une Fiore qui le dérange. Extrêmement enragé envers les oiseaux, il n’était pas étonnant de le voir haïr cette fille au fond de son être. Il allait certainement bien lui montrer qu’elle ne lui plaisait pas, par des propos plus ou moins racistes et blessants. Puis ce n’était qu’une adolescente aussi, pas assez impressionnante pour le faire fléchir aussi facilement, même à l’aide de ses capacités martiales plutôt poussées. Ce qui était sûr, vu ses paroles et sa drôle d’expression, c’est qu’elle ne plaisantait pas, faisant arquer un sourcil au mage des mers qui croisa également les bras sur son torse.


    * Bon, Katerís, tu l’as vu tout à l’heure celle-là, elle va vraiment vouloir te bouffer les écailles, que tu n’as pas au passage, si tu continue de lui chercher des plumes. commença-t-il à se dire intérieurement, avant d’avoir une soudaine illumination de blagueur. Néanmoins, il faut avouer qu’elle me fait bien marrer, à ne pas vouloir se faire traiter de gamine. Je vais plutôt la faire tourner en bourrique, la déplumer plus tard si nécessaire. * se convainquit-il tout en rester parfaitement immobile face à la jeune gardienne.

Quitte à décompresser, autant le faire par n’importe quel moyen, c’était ce qu’il voulait se dire en quelque sorte. Puis bon, on ne va pas lui reprocher d’avoir malmené une nouvelle recrue, faut bien les endurcir ces jeunes garnements. N’avait-on pas fait la même chose avec lui lorsqu’il n’était encore qu’un mousse ? D’un autre côté, il était plus jeune qu’elle à ce moment-là, si ses souvenirs étaient exacts. Outre le fait que ce soit une fille et qu’ils ne semblaient n’avoir aucun point commun physiquement, à part le fait qu’ils soient tous les deux issus d’un peuple animal, elle lui rappelait sa prime jeunesse, toujours à vouloir tenir tête aux adultes pour prouver sa valeur. Ah, nul doute que cette fillette aurait fait fureur sur la Marina, et que cette dernière aurait tôt fait de la détester à cause de ses ailes de pigeon. Elle ne respectait pas ses supérieurs ? Très bien, il se montrera tout aussi irritant alors, c’était un juste retour des choses. Continuant de la fixer depuis plusieurs secondes, sans ne jamais échapper un seul mot, ni un rire, ni un simple sourire, Katerís finit par se décider de contre-attaquer cette insolence d’une manière bien à lui. Si la majorité des mages aurait assommé cette Fiore à coups de moralités et respects, lui ne se gênera pas de lui montrer qu’il n’était pas comme les autres, il faut bien être original pour être sur le devant de la scène.

    " Donc… tant que je ne m’excuse pas, tu ne bougeras pas d’ici ? demanda-t-il pour ouvrir en quelque sorte les hostilités avec cette jeune fille. Ça me va. " lâcha-t-il finalement avant de décroiser les bras, se redressant un peu plus.

Cette soudaine posture pouvait le faire paraître un peu plus intimidant, on pourrait presque croire qu’il se préparait physiquement à lui faire ravaler sa salive, sa tête de brigand n’arrangeait pas non plus la chose. Alors que les quelques témoins de la petite prise-de-bec autour d’eux s’attendaient à une belle envolée de la Fiore, les tatouages autrefois blancs du pirate se mirent à briller légèrement, signe qu’il allait utiliser ses pouvoirs. De prime abord, cela pouvait paraître totalement excessif de sa part, surtout pour si peu ! Mais, car il y a toujours un "mais" avec Katerís, au lieu de lui balancer une magie offensive dans la tronche ou un autre tour de passe-passe qui aurait tôt fait de lui cramer son plumage, le mage disparut soudainement, sous une légère lumière bleutée, en un claquement de doigt. Durant l’espace d’une seconde, le jeune homme s’était dématérialisé pour réapparaître finalement un peu plus loin dans le couloir, à quelques pas de la fille, au même endroit où des marques blanches étaient visibles au même moment où ses propres marques sur le corps s’étaient illuminées. Et voilà, il s’était juste contenter de se téléporter assez loin pour passer, rien de plus simple, n’est-ce pas ? Il n’avait même pas utilisé la force, là où tout le monde devait l’attendre vu ses antécédents, et avait fait preuve de l’ingéniosité innée des mages de son envergure. Plutôt fier de sa riposte, il n’hésita pas à étirer un sourire bref avant de commencer à s’éloigner de sa position, laissant en plan la petite fougueuse.

    " Penses à prévoir un nid pour dormir ! " rajouta-t-il en guise de commentaire pour enfoncer un peu plus le clou dans l’orgueil de la Fiore.

Quand on osait le défier verbalement, aucun mot n’échappait à l’elfe aquatique. Selon ses propres propos, elle ne devrait pas bouger tant qu’il ne s’excuse pas ; et donc voilà, s’il s’éloignait sans demander pardon, elle n’aura pas le droit de bouger de là où elle était ! Dans le cas où elle quitte sa position actuelle, ce qui allait certainement être le cas vu le gros coup qu’il venait de lui faire, Katerís aura de quoi la remballer une fois de plus dans une joute verbale. Difficile de se montrer aussi persuasif que lui, ce n’était pas avec des mots qu’on pouvait le battre, mais bien avec des armes et des coups, d’où son acte de fuir comme un lâche. Encore là, il ne courrait pas non plus à toute allure afin de s’échapper, son ennemie n’était pas si effrayante que ça. Il marchait tranquillement en fait, sans jeter un seul regard derrière lui, entamant l’une des bouteilles en main. Malgré tout, le contrebandier était bien conscient qu’il n’en avait pas fini avec elle : c’est pour cela qu’il continua de quitter les lieux en marchant, mais en tournant également légèrement la tête afin de voir par lui-même la réaction de la Fiore ; il réagira alors en conséquence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Petite plume explore Union sans surveillance, maître hiboux à disparu ! [PV Kat']   

Revenir en haut Aller en bas
 
Petite plume explore Union sans surveillance, maître hiboux à disparu ! [PV Kat']
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une plume s'est égarée... Au gré du vent, elle a dansé - Elena
» Baptême surprise de Petite Plume.
» Enfin...... (pv Temête de pluie, Lumière, Rivière d'Argent, Nuage d'Arc, Plume de Colombe, Fleur de Vanille, Petite Plume, Petite Feuille)
» Ayumi - La petite plume noire
» Présentation de Petite Plume

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shattered Emblem :: Le continent d'Ardhes :: Kohlyis les terres encerclées :: Union :: Les cuisines-
Sauter vers: