--Forum fermé--
 

Partagez | 
 

 Vigane

Aller en bas 
AuteurMessage
Vigane

avatar

Race : Hybride (Humaine | Sirène)
Age du personnage : 24
Maître/Ecuyer : Personne !
Armes : Claymore
Armes magiques : Malheureusement non
Messages : 5
Date d'inscription : 28/07/2012
Localisation : Sûrement sur les toits

Feuille de personnage
Niveau:
11/20  (11/20)

MessageSujet: Vigane   Sam 28 Juil - 21:17





Nom : Thémis
Prénom: Vigane
Âge: 25 ans
Race: Hybride (Humaine | Sirène)
Royaume de naissance : Aurhyne
Rôle: Justicière, perceptrice de la Rose en fleur
Camp : Empire de Valor
Arme(s) : Claymore



Description Physique : Le moins que l’on puisse dire dès le premier coup d’œil, c’est que Vigane est loin de ressembler à ces demoiselles qui remplissent son entourage. Et pour cause, elle n’est pas comme elles.

Pour commencer, il faut soulever le fait qu’elle n’est pas purement humaine. En effet, issue de la liaison entre un humain et une hybride dryade-sirène, Vigane ne pourra jamais affirmer ouvertement qu’elle est totalement humaine et qu’elle pourrait éventuellement hériter de son appartenance à l’aristocratie. Si son apparence est indéniablement humaine, on peut tout de même conjecturer qu’elle est à moitié sirène à cause de ses cheveux bleus, de ses yeux tirant également vers des tons bleus, et de ses étranges marques, tout aussi bleues, qui parsèment son corps à plusieurs endroits. D’ailleurs, ces mêmes marques brillent étrangement lorsqu’elle use ses pouvoirs, certains pensent qu’ils sont en éther, pourtant elle est née avec ; seule sa mère avait la peau toute bleue, c’est donc de là qu’elle tient ces "tâches" sur l’épiderme. Son caractère rappelle également celui du peuple d’Aeçore, mais on s’y attardera plus tard. En fait, il n’est pas très difficile de reconnaître une certaine sirène en elle : Vigane est plutôt belle à regarder, ayant hérité du charme naturel de ses deux lignées raciales. On affirmera toutefois qu’elle perd beaucoup de beauté à cause de son caractère de cochon, après ça dépend si vous aimez ou pas les femmes fortes. Pour ce qui est de son côté de sirène, elle-même dit ceci : "Mon océan, c’est l’air.", autant dire qu’elle préfère passer ses journées au soleil que dans l’eau, vu comment elle se laisse transporter par ses habiletés à l’escalade. Quoiqu’il en soit, à part ces caractéristiques, elle reste relativement humaine : des oreilles parfaitement arrondies, une silhouette pour le moins normale et une apparence ne sortant pratiquement pas de l’ordinaire.

Ceci étant dit, Vigane est vraiment grande, dépassant facilement d’une tête n’importe qui de parfaitement banal, ce qui est souvent le cas vu qu’elle a plutôt l’habitude de se tenir bien droite, afin de faire remarquer sa grandeur et satisfaire son égo. De par sa taille, elle a pu en hériter une certaine force, qu’elle s’est elle-même hâtée à améliorer pour devenir une bonne guerrière, maniant du coup plutôt bien les armes lourdes, pas pour rien qu’elle a un penchant pour les armes à deux mains. Ainsi donc, c’est une excellente berserker, intimidant très facilement tout ce qui bouge rien qu’avec sa carrure imposante. Outre cet avantage physique, sa peau est plutôt claire, variant jusqu’au mate lors des saisons chaudes, quelques cicatrices plutôt rares sont visibles mais elles sont relativement insignifiantes : c’est une garde, elle ne vit pas l’enfer en ville, cela ne veut toutefois pas dire qu’elle n’est pas une dure-à-cuir, loin de là vu qu’elle encaisse plutôt bien, aussi bien les coups physiques que magiques. Pour ce qui est de sa poitrine, disons qu’elle est dans la moyenne, voire un peu moins en fait, elle préfère davantage grossir ses muscles que trouver un moyen de faire la même chose pour ses seins. Sinon, comme dit, ses pupilles tirent vers le bleu… Enfin, ils tiraient, car maintenant son œil gauche est violet et le droit est cyan. Personne ne sait comment elle est arrivée à cette hétérochromie, elle-même affirme n’avoir aucun handicap visible dû à cette différence de teinte. Peut-être qu’un jour ses yeux vairons seront totalement terne pour l’un et sombre pour l’autre, cela ne s’est néanmoins manifester que durant son enfance. Pour ce qui est de ses cheveux, ils sont aussi bleus, là encore la nuance semble varier à cause des saisons. Ils proviennent tout simplement de son sang de sirène, cette coloration n’étant bien évidemment anormale chez les humains. Malgré le fait que ce soit une femme, on ne peut pas dire qu’elle s’en occupe beaucoup, au contraire elle s’en fiche un peu : ses cheveux sont donc la plupart du temps ébouriffés, et parfois coiffés lorsqu’elle se trouve sur son lieu de travail. Pour ce qui est de leur longueur, eh bien elle les préfère courts, adoptant facilement la coupe en bol dans ce cas-là, mais vu qu’elle ne s’en occupe presque pas ils s’allongent facilement, telle une crinière de lion, elle préfère les attacher dans ce cas-ci ; ainsi donc, on les verra le plus souvent mi-longs. On remarquera tout de même qu’elle adopte souvent deux tresses près des oreilles. Physiquement parlant, Vigane semble dignement combinée la beauté de la noblesse et la force d’une justicière de renommée, bien qu’elle ne fasse pas de grands efforts pour le premier point.

Pour ce qui est de sa tenue, on peut dire qu’elle n’est pas très friande des robes mettant en valeur ses courbes féminines et autres parures symbolisant son goût pour la mode. Non, rien de tout cela, Vigane est une combattante de prime abord, il est donc normal de souvent la voir se pavaner en armure. En fait, le plus souvent, on la verra enfiler une longue tunique bleue, sans manches, couvrant son bassin telle une robe, elle recouvre alors le reste de son corps de cottes de mailles : un haubert en-dessous de sa tunique, les manches de ce même haubert ne dépassant pas l’articulation de ses bras et l’haubert en lui-même ne dépasse pas non plus son bassin, et des chausses de mailles qui protègent l’intégralité de ses manches. En plus de ces légères protections, Vigane s’affiche également avec des bottes et des mitaines, qui s’étendent respectivement jusqu’aux genoux et coudes, toutes en cuir mais aussi équipées de plaques en fer, elle porte de même un plastron en fer qui ne recouvre que sa poitrine et une partie de son ventre. Si elle ressemble davantage à une guerrière, c’est bien à cause de son boulot de perceptrice à la Rose en fleur, ne voulant absolument pas faire croire aux invités qu’elle travaille avec les autres femmes du personnel. Puis elle a eu des antécédents dans la garde, les habitudes restent donc collées à sa peau.

Toutefois, cette tenue plutôt légère pour une guerrière a beaucoup à envier à son costume de justicière. Vivant une double existence, il n’est pas étonnant de voir Vigane revêtir une toute autre apparence lorsqu’elle se fait passer pour Archange. En effet, quand elle revête cette identité, c’est une armure complète qui vient la couvrir totalement. A première vue, c’est une armure lourde, trempée dans un métal d’argent scintillant, ayant également quelques motifs bleus. Comme dit, l’armure est vraiment complète, il y a tout : le heaume ne laissant rien transparaître du visage de son porteur, orné d’une queue de cheval faîte de plumes bleues, d’une cuirasse équipée d’un gorgerin et de spalières, les bras sont recouverts par des canon d’arrière-bras jusqu’aux gantelets en passant par les cubitières et les canons d’avant-bras, les jambes quant à elles supportent les jambières avec les cuissots, les genouillères et les grèves, pour finir avec les solerets aux pieds. Bref, Archange est un véritable chevalier blanc, accoutrée de la sorte. On remarque également qu’elle laisse dépasser sa tunique bleue hors de l’armure à partir de bassin, faisant office de mini jupe de ce côté-là, ça remplace un tant soit peu la cape qui est malheureusement absente dans l’accoutrement de l’héroïne. Étant une experte dans le domaine combattif, Vigane se déplace facilement avec cette armure, surtout grâce à son pouvoir de gravité qui améliore la fluidité de ses mouvements. Il est alors impossible de reconnaître Vigane sous ces traits, en sachant que n’importe quelle femme de Concordia, et même d’Aurhyne, est susceptible d’être Archange.

Finissons-en sur les frivolités maintenant. Malgré qu’elle soit une guerrière elle n’hésite pas à se maquiller, cela doit être à cause de ses fréquentations, mais rien d’envahissant non plus : elle se contente de ses paupières et quelques fois de ses ongles, il arrive même qu’elle colore ses lèvres. Sinon, il ne faut pas être aveugle pour constater qu’elle adore les bijoux ! Effectivement, Vigane accepte de porter de tout : bagues, boucles d’oreilles, colliers, bracelets… Tant que ça brille, elle s’en fout, elle aime ! Il n’est donc pas rare de la voir briller à cause de ses accessoires, même si elle n’en porte pas non plus des tonnes. Cet amour pour la joaillerie est l’une de ses rares preuves de féminités, autant la garder. De toute manière, en guise de brillance, il y a déjà ses marques bleues et son armure d’Archange qui scintillent plutôt bien. Dans le même registre, la lame de sa claymore brille plutôt bien, lorsqu’elle la dégaine de son fourreau placé dans son dos, maintenu par une lanière faisant le tour de son tronc, qui laisse tout de même entrevoir une partie de la lame avec la pointe lorsqu’elle est rengainée. Cette grande épée, atteignant pratiquement sa taille et dont le manche est frappé de l’emblème du griffon, lui est exclusivement réservée, puisqu’il faut être aussi grande qu’elle pour pouvoir la manier correctement, pour peu qu’on ait les bras solides en plus. Ce qui est assez marrant à noter, c’est qu’elle l’utilise comme une épée bâtarde, la balançant avec aisance d’une main si l’occasion se présente. Son style combattif n’est donc pas anodin : elle fonce dans le tas en causant le plus de dégâts possibles, visant le plus grand nombre d’ennemis. Elle n’a pas peur de combattre en solo car elle est plutôt endurante, et puisque sa force et son expérience lui permettent ça. De toute manière, étant une provocatrice hors paire qui adore gueuler bien fort, il n’est pas étonnant de la voir s’attirer beaucoup de monde contre elle… et de les réduire en charpie avec une facilité déconcertante, soit parce qu’elle était trop forte pour eux, soit parce qu’ils étaient trop énervés, ou les deux parfois.


Description Psychologique : Si vous vous contentez de croire qu’elle n’ait qu’une grande colérique prenant tout le monde de haut, rien qu’avec la première rencontre, vous ne risquez pas de faire long feu avec elle… Même dans le cas contraire, c’est selon.

Ce qui est donc indéniablement confirmé, c’est que Vigane est plutôt colérique sur les bords, s’énervant souvent pour un rien. Et si ce n’est pas contre quelque chose qu’elle passe ses nerfs, c’est souvent sur quelqu’un. Elle est en effet très provocatrice, il n’est pas rare de la voir plonger dans de gros ennuis jusqu’au cou, car elle en aura été elle-même l’instigatrice, ayant une fâcheuse tendance à être une vraie tête de mule, irrespectueuse de surcroît. Le protocole n’est vraiment pas son truc, elle déteste recevoir des ordres et dépendre de quelqu’un, c’est pourquoi elle ne s’incline que devant ceux qui le méritent de son point de vue ; les aristocrates, par exemple, n’auront pas sa clémence, vu qu’elle les associe facilement à des nobles inutiles et pourris gâtés. Généralement, elle ne provoque pas sans raison, c’est surtout lorsque la personne en question lui cherche des noises, voire ne lui plaît pas, ou même quand on s’en prend à des proches ou des amis à elle, il lui arrive parfois de défendre ses connaissances également. D’ailleurs, elle semble beaucoup aimer les enfants, tous sans exception, surtout ceux des rues qu’elle assiste corps et âme sans une once d’hésitation. Vigane est pour le moins protectrice, elle déteste qu’on fasse du mal à autrui et n’hésitera pas à tout faire pour en finir, de là à emprunter le chemin le moins glorieux s’il le faut. Elle est consciente que certains sacrifices doivent être réalisés pour arriver à ses fins, ces dernières se révélant parfois un peu disproportionnées compte de tenu de son statut. Ainsi donc, on peut dire qu’elle a grandement hérité de sa belle-mère : cinglante avec la majorité, mais derrière ce caractère de cochon se cache son envie de protection, comme une mère aimante, pas pour rien qu’elle travaille en tant que garde et justicière à la fois.

A part ce défaut qui peut se révéler être une qualité, elle reste une femme vraiment avare. Pour elle, l’or c’est le pouvoir ; plus elle en aura, plus elle se sentira puissante, et bien, par la même occasion. Il n’est donc pas étonnant de la voir endosser le rôle de perceptrice, étant très prompt à pomper l’argent des autres, en toute légalité cela dit. Ce n’est pas parce qu’elle aime beaucoup l’argent qu’elle ira racketter le premier venu, mais elle ne se gênera pas de se pencher pour s’emparer d’une pauvre petite pièce tombée par terre, c’est un début vers la richesse, comme elle dit. Par contre, Vigane fera volontiers les poches des brigands et autres voyous en tout genre, arguant que c’est un prélude à leur châtiment derrière les barreaux… En réalité, c’est surtout son salaire d’Archange. A part les récompenses offertes en cas d’avis de recherche, elle ne reçoit aucune cotisation de la part de la garde, vu qu’elle n’y ait pas rattachée. Bien sûr, elle est toujours payée correctement pour ses heures à la Rose en fleur, mais il lui en faut toujours plus, sinon elle n’est pas contente. Peut-être qu’un jour elle se mettra à supporter un troisième boulot, mais bon, faut bien qu’elle dorme aussi, malgré le fait qu’elle reprend assez rapidement ses forces.

Outre son côté grippe-sou, Vigane se montre également d’une espièglerie sans bornes. Même si elle est énervée, elle adore rire, alors elle provoquera en faisant en sorte de s’amuser, et non de nourrir de plus en plus sa colère, sauf dans les cas extrêmes. Blagues, moqueries, anecdotes, tout y passe avec elle pour sourire un petit peu dans ce monde de brutes. En guise de divertissements, elle aime beaucoup la musique aussi, elle-même sait jouer du luth, et quelques autres instruments par la même occasion. Le fait que ce soit elle qui rigole ne veut tout de même pas dire que les autres le feront aussi, vu qu’elle est la symbiose parfaite des deux peuples les plus arrogants du monde : à savoir, les humains et les sirènes. Comme dit, elle est plutôt insolente et ne limite jamais son arrogance, très fière d’elle-même et notamment de ses pouvoirs magiques dont elle n’hésite pas à s’en vanter. Ainsi, son caractère amène souvent de la haine à son égard, pourtant il est possible de s’amuser en sa compagnie, par le biais de l’alcool et la drogue. Eh oui, c’est une alcoolique finie, il n’est pas rare de la voir traîner un pichet de vin, ou même d’un alcool plus fort ; de même avec la drogue, dont sa belle-mère est plutôt adepte, surtout du pétun qu’elle consomme par le biais d’une longue et fine pipe, elle ne crache néanmoins pas sur les autres substances. Ce ne sont pas vraiment les produits en eux-mêmes qui lui plaisent, c’est surtout l’état dans lequel elle se retrouve à cause d’eux : être ivre ou complètement déchirée, elle adore ça. C’est comme un état de démence au combat, elle ne peut pas s’en passer. Elle ne refuse même pas de vivre une aventure d’une nuit, pour dire, à condition que l’envie lui prenne soudainement. Il faudrait blâmer la Rose en fleur pour lui avoir donné goût à cette luxure. Vigane est donc un peu folle sur les bords, mais ça peut toujours servir de faire tourner en bourrique les autres. Oh, et puis si on n’a plus le droit de rigoler…

Venons-en à quelque chose qui tient beaucoup à cœur à cette jeune femme : la justice. Elle est en effet très tournée vers une paix durable et juste pour tout le monde, elle voue alors une haine implacable envers les rebelles qui gâchent le travail acharné des ancêtres. Depuis des milliers d’années, il est vrai que les races n’étaient presque jamais coopératives, mais au moins la suprématie de l’humanité permit d’ériger un semblant de justice en ce bas-monde. Elle comprend tout de même les motivations de la Rébellion, mais ce n’est pas par un massacre que le problème va se résoudre, cela ne fera même que l’empirer, surtout depuis qu’ils ont scindé l’emblème. De manière général, elle haït les criminels, les plus pourris on s’entend, mais surtout les hommes en fait. Ayant vécu la majeure partie de sa vie dans une maison de passe, elle est devenue naturellement attirée par ses consœurs, la clientèle n’a jamais été à son goût non plus. Cela ne veut pas dire qu’elle les repousse tous non plus, vu qu’elle est une bisexuelle, devenue ouverte d’esprit à cause de l’influence des courtisanes. De même, il lui arrive de tisser une certaine amitié avec des hommes de valeur, même si ce n’est déjà pas facile d’obtenir son amitié, vu qu’il faut déjà surmonter ses sauts d’humeurs et que cette épreuve n’est pas à la portée de tout le monde, à cause de la difficulté imposée par le caractère trempé de la bleue.

Pour redorer ce concept de justice, elle s’est créée une autre personnalité, prénommée Archange. Cette seconde vie lui est plutôt difficile à vivre mais elle ne peut pas s’empêcher de revêtir la dite armure pour aller jouer les héros dehors. Son champ d’action s’étend majoritairement sur la cité de Concordia, mais il lui arrive de mettre les pieds n’importe où en Aurhyne. Elle espère, un jour, être dans la capacité d’agir dans tout Valor, la justice n’a pas de limite après tout. Quoiqu’il en soit, cette obsession pour la justice révèle qu’elle ne protège pas que la veuve et l’orphelin, elle fait même preuve d’une étrange compassion et générosité envers les pauvres et les opprimés, et tout ça malgré son avarice, il faut croire qu’elle n’est pas si cruelle que ça. Pour en attester une preuve, elle déteste les espaces restreints, surtout ceux qui sont clos, étant donné qu’elle semble avoir une certaine phobie des prisons, redoutant le jour où elle se ferait enfermée pour un crime qu’elle n’a pas commis, voire pour une simple erreur de sa part. Toutefois, derrière ses bonnes intentions se cache aussi une raison un peu plus machiavélique : Vigane est en quête de pouvoir, elle veut se tailler une place en or massif dans ce monde afin d’accroître sa réputation et la gloire n’est pas une récompense dont elle se priverait. Peut-être n’est-elle fidèle qu’à l’emblème des griffons, ou peut-être est-ce dû à son sang humain, mais il n’y a aucun doute : la justicière Archange n’est pas un chevalier si valeureux que ça, son armure ne semble être qu’une façade, à l’image de l’Empire de Valor. Cela ne veut pas dire qu’elle veut contrôler le monde en tant qu’impératrice ultime, mais si l’occasion d’obtenir un meilleur statut se présente, et que c’est dans son intérêt et celui de la justice, elle sautera sur l’occasion sans hésiter. Enfin, l’essentiel étant qu’elle reste bien fidèle à son image d’héroïne, Archange reste un symbole de justice en Valor et elle compte bien étendre sa légende jusqu’aux générations futures.


Pouvoirs :
Dons raciaux :
¤ Ralliement | Charisme : Étant à moitié humaine, Vigane a hérité du charme de sa race, étant capable de faire preuve d’une certaine persuasion, afin de rallier ou convaincre les plus ou moins influençables. Bon, ses jolis yeux peuvent jouer en sa faveur, aussi…
¤ Réflexes aquatiques : Moins rapide et agile qu’une sirène de sang pur sous l’eau, Vigane l’est tout de même plus qu’un humain lambda, pouvant alors nager à une plus grande vitesse et sur une plus longue durée, bien qu’elle n’aime pas vraiment se mouiller non plus.

Dons magiques :
¤ Réfection (soutien) : " Laisses-moi te retaper… "
Ce pouvoir possède avant tout des propriétés curatives : Vigane peut soigner toute type de blessures et maladies, tant qu’elles ne sont pas trop graves ; elle sera, par exemple, dans l’incapacité de rattacher un membre arraché, ni de guérir quelqu’un atteint d’une maladie héréditaire. Outre ces fonctions de soins, sa réfection lui permet également d’agir comme une aura d’apaisement : en offrant son énergie, comme elle le fait pour guérir, Vigane peut aussi faire retrouver sa bonne humeur à un dépressif, chasser les idées noires et les doutes d’une personne, bref c’est un don qui offre un certain bien être quand on en a besoin. Elle est incapable d’utiliser ce pouvoir en plein combat… Et pour les petits vicieux : oui, elle s’en sert lorsqu’elle a de la compagnie sous la couette. Satisfaits ?

¤ Transposition (soutien) : " Abracadabra ! "
A tout moment, sauf au cours d’un duel, Vigane peut faire apparaître un ou plusieurs objets, elle peut également les faire disparaître pour les envoyer autre part. Ce pouvoir se résume donc à une téléportation des objets, pas des personnes. Les conditions pour ce don sont qu’elle doit savoir où l’objet se trouve pour le faire apparaître, la précision du lieu ne doit pas dépasser celle d’un quartier. Dans le cas d’une disparition d’un objet près d’elle, elle doit également connaître le lieu où elle veut le faire apparaître. Plus le lieu est lointain, plus cela lui demandera de la ressource. Si le lieu ou l’objet lui sont inconnus, Vigane peut palier cette ignorance en observant une peinture ou un dessin du lieu ou de l’objet, voire même de se contenter d’une description qui devra néanmoins être assez développée. Elle se sert notamment de ce pouvoir pour revêtir et dévêtir rapidement sa tenue d’Archange, pratique pour les fuites et interventions rapides.

¤ Psychokinésie (offensif) : " Je contrôle tooouuuhouhouh ! "
Une forme évoluée de la télékinésie, ce pouvoir est plus généralement centré sur le contrôle de la gravité. Son principe se repose sur la manipulation des champs gravitationnels : pour être plus clair, ce pouvoir se concentre sur deux objets et sur le champ s’exerçant mutuellement entre eux. Vigane peut donc faire attirer l’un à l’autre ou, au contraire, faire en sorte que l’un soit repoussé par l’autre, comme des aimants. Bien que plutôt puissant, ce don ne s’applique que sur des objets (pas trop lourds), son environnement (pas trop imposants, comme des demeures ou grands arbres) et des sorts (pas trop puissants), pas sur des hommes si ce sont eux qui doivent être attirés ou repoussés, mais par contre ça marche totalement sur elle-même. En gros, elle peut marcher sur les murs, manipuler son arme à distance en contrôlant le champ entre elle et l’arme, renvoyer des sorts à son expéditeur, etc… Étant donné que ce pouvoir est plutôt complexe à utiliser, elle ne peut manipuler que deux champs à la fois, rarement trois ou quatre, pas plus. A noter qu’attirer ou repousser deux objets en même temps, c’est-à-dire qu’ils se rapprochent ou s’éloignent simultanément, représente une manipulation de deux champs, car elle créé deux attractions/répulsions à la fois.

¤ Justice divine : " Vous êtes foutus ! "
En réalité, c’est un pouvoir totalement inventé, afin de refléter l’incommensurable puissance de la justicière Archange. Les rumeurs disent qu’elle serait capable de savoir où se trouvent précisément les criminels, les lieux des crimes en cours, qu’elle aurait des yeux et des oreilles dans toute la ville, afin d’intervenir sur-le-champ. On raconte également qu’elle fait preuve d’une force surhumaine, qu’elle contrôle l’Éther comme une déesse et qu’elle peut d’un simple regard faire capituler la plus grosse des ordures, tel un envoûtement obligeant le vaurien en question à devenir le plus gentil des agneaux… Bref, tout cela est évidemment faux, mais elle adore s’en vanter pour faire peur aux malfrats, puis c’est toujours pratique de faire croire à l’autre qu’on est surpuissant.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vigane

avatar

Race : Hybride (Humaine | Sirène)
Age du personnage : 24
Maître/Ecuyer : Personne !
Armes : Claymore
Armes magiques : Malheureusement non
Messages : 5
Date d'inscription : 28/07/2012
Localisation : Sûrement sur les toits

Feuille de personnage
Niveau:
11/20  (11/20)

MessageSujet: Re: Vigane   Sam 28 Juil - 21:42




Histoire :


Aurhyne, des centaines d’année plus tôt. La scène se déroulait aux alentours de Concordia, dans une petite bourgade où les villageois manifestèrent un mouvement de mécontentement. Il n’était pas rare de voir, à cette époque, des rébellions de la sorte, vu que les races dites inférieures ne cessaient de combattre la supériorité des humains. Ainsi, dans ce village, les non-humains massacrèrent sans aucun remords les humains, ne faisant aucune distinction de rang et d’âge. L’Empire combattait déjà les insurgés sur tout le continent, mais il ne pouvait pas gérer à temps tous ces massacres qui éclataient aux quatre coins du royaume, s’étendant même au-delà des frontières. Face à cette injustice, il n’y avait qu’une personne qui finit par agir : son nom était Archange.

On ne connaissant pas son identité, ni si c’était un homme ou une femme, jeune ou vieux, mais c’était une sorte de mercenaire auparavant, qui traquait et ramenait les pires crapules afin d’empocher la récompense. On lui connaissait également des capacités magiques, qui variaient au cours du temps, ce qui rendait son travail terriblement aisé. Il ne semblait s’intéresser qu’aux grandes prises, les petits malfrats n’étaient pas dans son collimateur. Mais depuis la dissension du Conseil et l’intervention des humains au nom de la paix, Archange se fit connaître comme étant un justicier, du côté de la loi, protégeant les innocents des révoltés. Cette identité de pro-impérial lui colla à la peau à ce moment-là, se taillant alors une mauvaise réputation parmi les rebelles. Pourtant, il était craint par eux, car on le disait immortel : des textes anciens racontent les allers et venus d’un guerrier en armure argentée, totalement identique à la sienne. Peut-être qu’il était effectivement lié aux divinités, ou peut-être que son armure passe dans d’autres mains de génération en génération, mais quoiqu’il en soit, il y avait, il y a et il y aura certainement toujours un Archange… Du moins, c’est ce qu’on disait, jusqu’à aujourd’hui.

Ainsi donc, le fameux justicier décida de prendre ses responsabilités en faisant cesser cette révolte. Se rendant rapidement, il fit face à une foule de racistes envers les humains, qui était en train de terroriser quelques familles. Sur le chemin, il remarqua des cadavres, tous humains évidemment, ce qui ne fit qu’attiser sa colère vengeresse. Lorsqu’on finit par remarquer cette armoire à glace, notamment à cause de sa carapace argentée, tous les regards se braquèrent rapidement en sa direction. C’est là qu’il disparut sous une sorte de vortex jaunâtre avant de réapparaître aux côtés des opprimés, levant sa main vers l’amas de non-humains pour leur imposer le silence. Il se lança dans une tirade sur la justice, tentant de les convaincre que la suprématie humaine est nécessaire pour conserver la paix, ordonnant à ces révoltés de cesser cette infamie et de laisser ces pauvres gens en paix, sinon il sera obligé d’abattre son courroux sur eux. Malgré ses capacités légendaires, ce n’étaient pas des mots qui allaient mettre à bas la rébellion. Les rebelles resserrèrent leur emprise sur eux, obligeant Archange à devoir dégainer son arme pour terminer le travail.

Même seul, il ne se fit pas lambiner pour mener l’assaut. C’est en le voyant se déchaîner de la sorte que les prouesses martiales qu’on lui prêtait furent confirmées. C’était une véritable tornade, passant d’une cible à une autre sans aucun répit, faisant en sorte d’épargner le plus de monde possible en les assommant plutôt qu’en les tuant. Il était après tout un justicier, et non un vulgaire assassin qui suit la logique du "monde qui se portera mieux sans certaines personnes". Personne ne lui arriva à la cheville pour le moment, ce n’étaient en fait que des villageois révoltés, pas des guerriers. Ces derniers finirent par pointer le bout de leur nez d’ailleurs, révélant alors une nouvelle cachette des véritables rebelles en ces lieux. Ils encerclèrent le justicier, laissant les autres révoltés fuirent, apeurés devant la force de cet homme, car il devait bien en être un étant donné qu’il avait une voix masculine tout à l’heure. Malgré le nombre important et la difficulté du combat, Archange tint bon assez longtemps pour impressionner ses adversaires. Mais ce n’était pas malheureusement pas cet exploit qui allait le sauver, car il finit par céder, pris en traître par une attaque surprise portée à son heaume.

Cloué par terre, il ne put se relever, il avait aussi gâché toutes ses réserves magiques, il était maintenant conscient que c’en était fini de lui. On le releva de force, le faisant accroupir devant le meneur de cette bande rebelle, ce même homme lui retira son casque afin de révéler son visage. Archange était un homme visiblement vieux, ils furent vraiment étonnés de voir que cette personne se battait miraculeusement bien pour son âge, par contre ce n’était pas une surprise de constater qu’il était un pur humain. Le justicier déchu finit par reprendre la parole pour faire taire ces moqueries, les avertissant qu’il reviendra un jour, que l’Archange de la justice ne cessera jamais de prendre son envol. Et ce sont sur ces mots qu’il rendit son dernier souffle, c’est au même moment qu’on finit par confirmer la fin de ce justicier soi-disant immortel, étant donné qu’il ne se manifesta pas une fois de plus les années suivantes. La nouvelle se rependant comme une traînée de fumée, tous les érudits mirent un terme à son histoire.

Pourtant, comme il l’avait dit, sa légende ne mourra pas, car on réentendit parler d’Archange à Concordia, quelques années antérieures à la nôtre.


Comme elle le dit si bien, c’est à ce moment-là que Vigane entra dans l’histoire d’Archange.

Née à Aurhyne, plus précisément à Concordia, Vigane a vécu toute sa vie dans cette majestueuse maison de passe du nom de la Rose en fleur. Ce fut Mélina, la propriétaire des lieux, qui s’occupa d’elle, la petite reçut également les soins des autres courtisanes par la même occasion et put s’émerveiller face aux récits exagérés des hommes montant la garde dans ce bâtiment. La fille ne quittait pas souvent cette bâtisse, c’était un peu son nid de sécurité et elle ne pouvait pas se résigner de trop s’en éloigner. En réalité, ce fut surtout à cause de son étrangeté pour le moins unique : des cheveux bleus, des marques parsemant son corps, des yeux à l’origine bleus qui devenaient de plus en plus vairons… Il y avait également sa croissance plutôt rapide, certainement trop grande pour son âge, mais c’était surtout en partie parce qu’elle se révélait être une magicienne. Découvrant rapidement ses dons, Vigane fut pris d’effroi lorsqu’on lui annonça qu’elle pourrait rejoindre l’Ordre de Valor. Elle refusa net, elle ne pouvait se résigner à quitter son petit nid douillet, même si un peu d’action ne lui ferait pas de mal, vu qu’elle ne voudrait pas devenir comme ses consœurs mais plus travailler avec les gardes de la Rose.

C’est d’ailleurs un problème du même type qui fit surface alors qu’elle avait atteint sa seizième année. Cette petite anecdote mit en scène un noble grincheux qui venait trouver son plaisir comme tous les clients de la Rose en fleur. Néanmoins, en tant que bon aristocrate casse-pieds, il commença à se plaindre de la "qualité" du service après ses ébats, se confrontant alors à Mélina, à laquelle il resta sur sa position de ne pas payer et de même demander un remboursement. Courroucée, la femme ne comptait pas laisser cet homme insulter ses filles, peu importait son statut. Les gardes allaient intervenir, malgré le fait qu’elle voulait elle-même lui faire la peau à ce capricieux, mais c’est bien avant que n’importe qui puisse lever le petit doigt qu’une main ferme se posa sur l’épaule du fouteur de trouble.

" Voici une compensation, cadeau de la maison. "

Vigane retourna brusquement le jeune homme en sa direction avant de lui coller une droite phénoménale qu’il n’était pas prêt d’oublier, il venait tout de même se faire projeter plus loin en un seul coup. La fifille à Mélina ne se calma pas pour autant, continuant d’insulter et de cracher sur ce noble avant que celui-ci prenne les jambes à son coup, après avoir lâché sa bourse bien sûr. Il fallut au moins deux gardes pour l’empêcher d’aggraver la situation. Contrairement à ce qu’on pouvait croire, personne ne s’offusqua de son comportement, la propriétaire fut même plutôt satisfaite de cette prise de défense. Sa force plutôt développée lui valut d’avoir une sérieuse discussion avec sa petite famille, Mélina lui proposant même de s’engager dans la garde. Elle pourrait bien sûr travailler de garde du corps ici-même, mais elle serait mieux payée dans la véritable garde. La dure à cuir finit par céder à cette suggestion, ayant une soudaine d’envie de casser quelques têtes à présent.

Ses premiers jours dans la garde furent ennuyeux, c’est le premier mot qui lui échappa de la bouche lorsqu’elle rentra au soir pour raconter son tout premier service. Elle était déjà la seule recrue féminine, ce qui lui valut de coller quelques droites avant même de passer les tests. Elle remporta facilement son poste, mais le boulot en lui-même ne lui plaisait pas : elle ne se sentait pas libre, elle devait traîner dans des zones prédéfinies et y rester des heures et des heures… Souvent, elle se retrouvait même en compagnie de gardes qui ne lui plaisaient pas, puis il n’y avait rien d’aventureux là-dedans : les interventions étant trop rares, surtout que l’incompétence de ses compagnons l’exaspérait au plus haut point. Au moins, le niveau fut remonté lorsque l’une de ses sœurs, sa plus proche en fait, s’engagea aussi dans la garde. C’était bien évidemment Lyraël, les deux femmes étant de véritables brutes. Du coup, ses services devinrent davantage des balades mêlées à de bonnes tranches de rigolade. Néanmoins, cette douce vie peu mouvementée finit par la lasser, elle déposa sa démission un an après son embauche. Cette décision déçut sa petite famille, la voyant retourner dans son coin, assistant les autres gardes sans être payée. Mélina ne la privait pas de son argent de poche, mais elle la bougea souvent pour qu’elle trouve du travail à son goût. C’est lorsque la bleue souffla le mot de "mercenaire" qu’elle se fit violemment rembarrer, il n’était pas question pour sa mère de la voir endosser un rôle aussi barbare. Ainsi, la lassitude continua de guider sa vie, jusqu’au soir de son dix-huitième anniversaire.

Ce jour-là, où elle entra dans l’âge adulte, la Rose en fleur ferma exceptionnellement ses portes pour donner une fête digne de ce nom à la jeune femme. Vigane fut pour le moins gâtée, les courtisanes lui offrirent divers tenues qui lui plaisaient beaucoup, car ces mêmes tuniques ne mettaient pas tant que ça ses formes en valeur. Du côté des gardes, ils s’étaient cotisés pour lui offrir une armure, certes incomplète, mais pratique pour son "futur boulot". Elle tiqua à cette mention, c’est là que Mélina lui proposa d’être une perceptrice à ses côtés, connaissant plus que tout son envie de frapper certains clients et de leur soutirer quelques pièces. La bleue accepta naturellement, au moins elle pourra travailler en compagnie de sa petite famille, tout en endossant un rôle qui lui allait bien. Pour l’occasion, sa mère lui fit don d’une magnifique claymore, frappée de l’emblème du pouvoir. C’était sans conteste l’un des plus beaux jours de sa vie, mais cela finit par se compliquer lorsque vint le moment de s’endormir.

Alors qu’elle allait rejoindre le monde des rêves, sa mère finit par toquer à la porte de sa chambre. Elle entra avec deux gardes soulevant un gros colis, ils déposèrent le paquet près de son lit avant de sortir pour qu’ils rentrent chez eux. La bleue demanda ce que c’était, Mélina répliqua alors qu’elle n’en savait trop rien : quelqu’un avait posé ce paquet plutôt lourd vers l’entrée avant de frapper à la porte pour les alerter. Un "Pour Vigane" était inscrit dessus, un anonyme lui avait fait alors un cadeau apparemment. Les deux femmes restèrent sceptiques devant ce colis… Avant que la bleue lâche un commentaire suivant un soupire.

" Si c’est une déclaration d’amour, je brûle le paquet. "

Une fois le rire de sa mère passé, Vigane ouvrit précautionneusement le colis, avant de s’émerveiller devant son contenu : c’était une armure en argent, comprenant absolument tout, les gants, les bottes, le heaume, etc… La seule chose que put dire la jeune femme, c’était que ça pouvait se revendre à prix d’or ! Mais Mélina lui ravala son avarice en faisant noter qu’il y avait une note, accompagnée d’un livre. La note disait ceci : "J’espère que ça te sera utile. Je t’aime." C’étaient de drôles de cadeaux pour une déclaration, mais le ton de la note ne semblait pas montrer que l’expéditeur cherchait à la courtiser. Elle s’attarda alors sur le livre, qui avait pour vocation de relayer les aventures du justicier Archange. C’était un peu dommage, parce qu’elle possédait déjà ce livre sur son étagère, au moins elle aura vraiment quelque chose à revendre… Cependant, elle remarqua quelque chose : l’armure d’argent était exactement la même que celle représentée sur la couverture du livre ! Elle lui ressemblait comme deux gouttes d’eau, après qu’elle l’ait examiné sous tous les angles au moins trois fois. Et cela ne semblait pas être une réplique, Vigane le sentait qu’elle avait vécu beaucoup de chose cette armure, sans parler du fait qu’elle était sale et en mauvaise état à quelques endroits. En fouillant le reste du colis, elle y trouva un blason, c’était celui de la famille des Thémis, des aristocrates de la cité. Vigane ne comprit pas ce que cette chose faisait là, mais Mélina se crispa en voyant le symbole des Thémis. Prise de court par sa fille qui remarqua son étrange comportement, la propriétaire finit par avouer un secret : Vigane n’était pas sa fille, elle a été adoptée par Mélina, son père est le noble Kasdan Thémis.

Cette révélation changea la vie de la bleue, ne pouvant pas croire qu’elle n’était pas sa véritable mère. Pourtant, c’était bien ce qui lui était en train de dire sa mère adoptive : son père est venu un soir à la Rose en fleur et lui a demandé de s’occuper du bébé, lui faisant jurer de ne pas révéler son identité. Mélina connaissait assez bien Kasdan vu qu’il était un habitué de la maison, avant. Elle avait cédé à sa demande, sans savoir qui était la mère, ni pourquoi le noble refusait de s’occuper de son enfant. Pour montrer le niveau d’affection que lui portait son père : il ne lui avait même pas donné un nom, c’était Mélina qui l’avait baptisé malgré elle. Vigane avala de travers tous ces aveux, heureusement que la propriétaire ne balaya pas son amour maternel, la réconfortant autant qu’elle le pouvait, lui assurant qu’elle sera toujours de la famille. La bleue ne dormit pas beaucoup cette nuit-là et fit une dépression le lendemain, personne n’osa l’aborder et elle s’enfermait des heures dans sa chambre. Malgré tout, elle sortit en secret le soir, pour rencontrer son père et en apprendre un peu plus sur elle et son lien avec les Thémis.

En se présentant à la demeure, elle fut assez surprise que c’était le noble Kasdan en personne qui vint ouvrir la porte, et non un majordome ou un quelconque esclave. Alors qu’il lui demandait ce qu’elle voulait, Vigane ne put contenir ses émotions et le prit par le col pour le plaquer contre un mur adjacent, heureusement qu’il n’y avait pas un chat aux alentours. Elle lui cria dessus, lui révélant qu’elle était sa fille et qu’elle n’acceptait pas ce qu’il lui avait fait endurer. Kasdan s’immobilisa, reconnaissant en partie les traits de la mère de sa fille illégitime, même si c’était surtout les cheveux bleus qui lui prouvaient son identité. Il se mit à paniquer, lui chuchotant de ne pas crier si fort… Après s’être assuré que personne ne les ait entendus, il l’a convaincu de le relâcher avant de tout lui avouer. Il était en effet son père, Kasdan Thémis en personne, sa mère par contre n’était pas une noble : c’était une hybride, de sang dryade et sirène, une belle femme à la peau bleue qu’il avait rencontré un jour. A la base, elle était venue demander des informations sur le justicier Archange, sur son histoire et tout le reste. Elle lui donnait toujours rendez-vous dans des endroits un peu bizarres, mais au moins elle payait gracieusement à chaque fois. Leurs relations n’étaient que purement professionnelles, avant qu’il ait un peu trop bu et qu’elle s’était laissée aller avec lui. Cela avait été gênant car Kasdan était déjà marié depuis un bout de temps et que tromper sa femme n’était pas son genre. Son amante le quitta prestement, ce qui l’arrangea beaucoup, mais elle revint une année plus tard, avec un bébé dans les bras, lui suppliant de s’occuper de leur fille à sa place. Avant même qu’il n’ait pu refuser, elle était partie. Alors, ne voulant pas que sa relation soit connue par sa femme, il alla voir Mélina pour lui donner Vigane, n’ayant plus aucun désir de la revoir.

Toute cette histoire accabla la jeune fille, elle qui pensait vivre une existence paisible… Elle pouvait se mettre le doigt dans l’œil pour la banalité. Vigane tendit alors le mot de l’anonyme qui lui avait offert l’armure d’Archange, lui demandant si c’était la même écriture que sa mère ; et effectivement, Kasdan confirma que c’était bien de sa main. Il rajouta que sa mère était venu lui demander des informations sur Archange car la lignée des Thémis a accueilli de nombreux Archange auparavant : l’armure se passait de père en fils, ou de père en fille, voire de mère en fils, et toutes les combinaisons familiales possibles. Vigane lui expliqua alors qu’on lui a offert cette armure et qu’elle était parfaitement authentique à première vue. Kasdan se mit à rire, constatant que cette dryade-sirène avait fini par retrouver l’armure de son ancêtre, ce dernier ayant disparu il y a bien longtemps. Sachant que le noble Thémis ne voulait plus être lié à ce justicier, notamment à cause de son amante qui lui avait causé beaucoup d’ennuis à cause de ça, il refusa de reprendre son héritage, l’offrant à sa fille si cette dernière promettait de ne pas révéler son identité à autrui. La bleue y réfléchit quelques secondes avant d’ajouter que quelques pièces sonnantes et trébuchantes ne seraient pas de trop… Cette tentative d’escroquerie finit par payer, il n’avait tout de même pas d’autre choix que de céder à ses caprices, il tenait à sa réputation. Garder cette antique armure éveilla alors une folle idée dans la tête de l’hybride sirène.

" Qu’il en soit ainsi, je serai la nouvelle Archange de cette époque. "

Cette déclaration étonna beaucoup le noble qui ne lui en tint pas rigueur pour autant, du moment qu’elle ne disait rien sur leur lien de sang… Vigane était à présent persuadée qu’elle venait enfin de trouver sa voie et qu’une nouvelle vie palpitante l’attendait.


La bleue entama alors une carrière de justicière solitaire, doublée d’une perceptrice au bordel qui est son chez soi. Son emploi du temps était plutôt chargé, mais au moins elle vivait pleinement sa vie, on ne l’aura jamais vu aussi rayonnante jusqu’à ce jour. L’armure d’Archange lui allait étrangement bien, et ses nombreuses interventions anonymes dans la ville, que ce soit de nuit ou de jour, lui valut de rapidement se faire connaître, et beaucoup reconnurent en elle le fameux justicier. Rapidement, les rumeurs sur le retour d’Archange s’empilèrent, où cela devint officiel à cause d’un avis de recherche en son nom, malheureusement. En effet, la garde n’appréciait pas que cette soi-disant justicière pique leur boulot et les fasse passer pour des incapables, surtout qu’elle a causé pas mal de grabuges sur son chemin, dont du vandalisme ; ils disaient bien "justicière", de nombreux témoins affirmaient entendre une voix féminine sous le heaume masquant son visage. Sa petite famille trouvait que son cas devenait dangereux, mais elle promit de faire plus attention et qu’elle trouvera bien une solution pour régler ce problème. Vigane était adulte maintenant, à elle de se débrouiller toute seule.

En tout cas, elle se débrouillait plutôt bien pour une descendante d’Archange, sa réputation était au plus haut point notamment dans la basse ville où elle se lia avec de nombreux gamins des rues qui l’aidaient à farfouiller partout en Concordia, afin de trouver les criminels ou les crimes en cours. Bien évidemment qu’elle ne pouvait pas intervenir partout, elle avait sa propre vie à suivre après tout et il fallait bien qu’elle se repose, mais pourtant on lui adjugea des capacités surnaturelles, un peu comme tous les Archange dont on a fortement exagéré leurs pouvoirs magiques et compétences martiales. Étant donné qu’elle était recherchée pour vandalisme, elle ne pouvait pas obtenir les récompenses des autres têtes mises à prix, se contentant de les livrer en toute discrétion à la garde, sans qu’ils se doutent que ce soit elle. Vigane vivait donc plus de son travail de perceptrice à la Rose en fleur, prenant du plaisir à recevoir de l’argent pour service rendue et à casser la gueule à ceux qui voulaient jouer les rebelles. Parfois, elle rendait malicieusement une visite à son géniteur, lui soutirant un peu de son argent, le persuadant qu’il fallait bien qu’il paye sa fille, en guise d’amour paternel. Leur relation était plutôt tendue, mais au moins Vigane ne criait pas haut et fort qu’elle était une Thémis, et en retour Kasdan n’avouait à personne qu’elle était Archange ; même si dans les deux cas, cela restera du chantage. Tout aurait bien pu se passer s’il n’y avait pas eu une injustice à laquelle elle n’a pas pu remédier.

Un jour, Archange se faisait poursuivre par des gardes, sur les toits, comme d’habitude. Ceux-là avaient été tenaces car peu d’entre eux osaient la suivre jusqu’ici. En tout cas, elle dut décamper vite fait, sautant de toit en toit dans l’espoir de les semer. Alors qu’ils se rapprochaient de plus en plus, elle eut une idée, s’arrêtant alors près d’un toit donnant droit sur le canal séparant la haute ville de la basse ville. Les gardes s’arrêtèrent à quelques mètres, la regardant en train de perdre son équilibre.

" Vous m’avez eu… Je me meurs, douce tragédie… "

Et elle se laissa tomber en arrière, un lourd "splash" se fit entendre, les gardes comprirent qu’elle allait s’échapper par la voie maritime, alors ils continuèrent leurs recherches plus loin. Archange étira un sourire après leur départ, elle avait en fait utilisé son pouvoir de gravité pour que ses pieds soient fixés juste sous la partie du toit n’étant pas fixé à l’infrastructure. Elle avait volontairement lancé son casque pour faire croire qu’elle était bien tombée dans l’eau. Cette petite poursuite terminée, elle fit réapparaître son casque grâce à sa transposition, ne se doutant pas qu’elle n’allait plus rigolée bien longtemps.

Alors qu’elle fit disparaître complètement son armure afin de revêtir ses vêtements de civil, histoire de passer inaperçu pendant quelques temps, Vigane se fit aborder par un petit enfant. C’était un mendiant mais il était venu la prévenir d’une tragédie : Marben, un jeune homme des rues qu’elle connaissait bien, s’est fait emprisonné pour vol à main armée. En réalité, il a prit une mauvaise cible : c’était une officière de l’armée, nommée Hela, en congé pour le moment. Marben avait tenté de lui prendre sa bourse, croyant que ce n’était qu’une noble comme tant d’autre vu son accoutrement, mais elle avait remarqué sa tentative et avait usé de la force pour l’arrêter ; dans le même temps, le couteau de Marben s’échappa de sa tunique, Hela croyait alors qu’il avait tenté de la tuer au passage. C’était un parfait malentendu, même si Vigane comprenait bien que le jeune homme n’avait pas été intelligent sur le coup, même s’il était bientôt adulte. Néanmoins, alors qu’elle s’était décidée à le faire sortir d’ici, l’enfant révéla autre chose, en échange d’une pièce d’or évidemment : Marben va être pendu, aujourd’hui, Hela s’étant arrangée pour le glisser parmi un groupe de brigands qu’elle avait capturé durant son service et dont leur date de pendaison était aujourd’hui. Vigane ne pouvait pas le croire, son gosse des rues préféré allait se faire exécuté alors qu’il n’était même pas un meurtrier ! Se mettant à paniquée, elle demanda l’heure de l’exécution, le gamin souffla alors à demi-mots que ça avait déjà dû commencer…

Vigane sprinta le plus rapidement possible, il n’était pas question qu’on fasse croire à Concordia que ce jeune homme était un bandit ayant voulu attenter à la vie d’une officière ! Dans la foulée, elle n’avait même pas enfilé son armure, trop préoccupée à se rendre sur le lieu de la potence pour le moment. Lorsqu’elle finit enfin par arriver à l’intersection menant à l’exécution, elle fit face à une foule de spectateurs, injuriant les condamnés à mort. Lorsqu’elle leva les yeux vers eux, c’était malheureusement trop tard, le bourreau avait déjà activé le levier et ils avaient fini par rendre leur dernier souffle. Les pleurs et hurlements de la bleue furent masqués par les cris d’euphorie des spectateurs. Posant les genoux à terre, elle ne put pas croire qu’ils avaient osé faire ça, cette garce d’officière, se tenant aux côtés du bourreau et étant visiblement aussi exaltée que ces idiots de nobles… Elle enregistra rapidement son visage avant de détaler loin d’ici, noyant son chagrin près de la mer jusqu’à la tombée de la nuit où elle enchaîna bouteille sur bouteille avant de s’évanouir.

Le lendemain, la gueule-de-bois ne la cloua pas sur le lit, se relevant bien que péniblement pour faire le point. C’était un meurtre pour elle, cette soldate ne méritait pas de vivre après ça. Mais qui pourra la croire ? Certainement pas la garde, qui tenant en haute estime cette femme pour ses loyaux services… Ainsi donc, Vigane décida d’en faire une affaire personnelle, déterminée à rassembler le plus d’informations sur elle afin de rendre justice.


Les jours qui suivirent cette tragédie dans la vie de Vigane furent noirs. Depuis cet évènement, elle n’avait que de pensée pour ce pauvre bonhomme ainsi pour que sa meurtrière. Elle rêvait de mille et une façons de lui faire payer cette atrocité, seulement lorsqu’elle arrivait à dormir ceci dit. Elle ne se préoccupait plus que de ça désormais, Archange attendra encore un peu avant de reprendre du service. Elle n’avait pas d’autre choix d’ailleurs : Hela, sa cible, traquait sans relâcher la fameuse justicière, pour la récompense et une fierté personnelle sans doute. Peu importait au final, cela fera une poursuivante en moins. Pour l’instant, Vigane ne savait pas trop comment s’en débarrasser : l’assassiner ne ferait qu’empiéter sur sa réputation, même à l’abri des regards, elle pourrait aussi lui faire porter le chapeau d’une toute autre affaire qui la jetterait en prison ou, au mieux, la faire pendre… Beaucoup de possibilités étaient envisageables, mais la bleue ne savait vraiment pas quoi choisir. Elle finit par se dire qu’elle le fera sur le coup, qu’elle pourrait tenter de se rapprocher de cette femme afin de repérer un angle mort et frapper. Ce sera mieux que de rentrer par effraction chez elle telle une furie déchaînée, même si cette idée la tentait beaucoup.

Leur premier contact se solda lors d’un jour ensoleillé, sur la place du marché où l’officière traînait parmi la populace, en compagnie de deux gardes qui s’apparentaient plutôt à des gorilles qu’autre chose. Par pure précaution, Vigane conserva sa tenue habituelle de la Rose en fleur, à savoir sa tunique bleue accompagnée de son armure et de sa cotte de maille, en plus de sa claymore ; enfin, elle avait pris l’habitude de rester accoutrée de la sorte depuis bien longtemps maintenant. Elle resta donc là, près d’un étal de viandes, avant de prendre son courage à deux mains pour bousculer volontairement cette femme, blonde et un peu plus âgée qu’elle. Bien évidemment, il fit passer cela pour une étourderie, mais les deux gorilles la repoussaient plutôt méchamment, avant qu’elle se lance dans une bagarre avec ces deux là, jusqu’à en faire tomber un au tapis. Avant que cela ne dégénère davantage, Hela tonna de sa voix autoritaire de cesser cette prise-de-bec inutile. Les trois concernés se mirent au garde-à-vous, s’excusant en prononçant en même temps le nom de l’officière. Hela arqua d’un sourcil pour une double raison : la première étant le fait que la fille se comporte comme ses gardes du corps, la seconde étant qu’elle connaisse son nom. Malgré le fait que cela puisse passer pour une erreur de sa part, Vigane ne se laissa pas avoir si facilement.

" Qui ne connait pas la majestueuse Hela, la titanesque fureur de la Déchirure ? … Bon, c’est surtout parce qu’on nous a fait apprendre la liste complète des officiers de l’armée, quand j’étais dans la garde. "

La justicière réussit à arracher un sourire à son ennemie, c’était une première bonne approche. Intéressée par cette étrange personne, Hela ordonna à ses comparses de la tenir en respect. Ainsi, elles purent traîner dans Concordia comme deux bonnes amies, Vigane révélant son passé de garde et son travail actuel à la maison de passe, Hela narrant quelques uns de ses exploits, la bleue faisant semblant de s’extasier devant ses performances. Bien que cela avait l’air plutôt sympathique de discutailler entre supérieure et subordonnée, c’était une véritable torture pour Vigane de voir passer des milliers d’occasion de la poignarder sournoisement, si seulement ils n’étaient pas à découverts et accompagnées de ces complices. Alors elle en vint au vif du sujet, demandant ce qu’une femme de son rang faisait par ici, Hela expliquant qu’elle était en congé pour quelques mois, mais elle profitait de cette période pour traquer la justicière Archange. Visant juste, la bleue en profita pour révéler qu’elle traquait aussi cette héroïne, suggérant alors qu’elles pourraient mettre en commun leurs recherches et leurs trouvailles. Pour toute réponse, l’officière se contenta de dire qu’elle y réfléchirait. Croyant ses espérances plutôt en danger, Vigane rajouta qu’elle pouvait venir la voir quand elle le voulait à la Rose en fleur, avant de la laisser à ses occupations.

Pourtant, Hela pointa le bout de son nez le soir même, ce qui redonna courage à la justicière. Cette dernière l’invita donc dans sa chambre, unique endroit où elles pourront être en privée, ayant prit soin par la même occasion de cacher son armure d’argent autre part. Lors de cette soirée, elles partagèrent leurs hypothèses sur la cachette d’Archange, son identité et d’autres informations essentielles à la capture de cette femme. Vigane n’eut pas le choix de donner de véritable informations afin de gagner la confiance d’Hela, supposant qu’Archange habiterait à Concordia pour intervenir aussi vite, mais elle tendit d’autres hypothèses permettant de se couvrir, par exemple en disant qu’Archange se trouverait certainement dans la basse ville, vu qu’elle y travaillait davantage là-bas et qu’elle s’occupait beaucoup des pauvres, elle ne révéla d’ailleurs jamais ses pouvoirs afin de se faire passer pour une femme parfaitement banale. Plus les heures passaient, plus Vigane sentait qu’Hela était un peu plus à l’aise avec elle, cette première soirée fut une franche réussite pour elle lorsque l’officière décida de prendre congé, redonnant rendez-vous ici-même.

" Faîtes gaffe, vous finirez par vous installer ici si ça continue. "

Lancer ce genre de remarque l’énervait beaucoup, mais c’était nécessaire pour s’attirer ses bonnes grâces, le pire étant que cela marchait merveille… même trop, à vrai dire. Alors qu’elles se voyaient de plus en plus régulièrement, bientôt deux mois passés en sa compagnie, c’est Hela qui commençait à faire le premier pas, à la séduire, elle l’a même surprise en train de mater les courtisanes, et vice-versa aussi. Vigane n’aurait jamais cru qu’elle était de ce bord, et que l’officière découvre que c’était le même cas pour elle. D’un autre côté, c’était une bonne chose : la bleue aura beau s’effrayer, elle aura un meilleur angle de cette manière. Alors, pour ne pas manquer sa chance de frapper, elle se laissa faire, au point qu’elle finisse par échanger leur premier baiser et à coucher ensemble.

Se réveiller aux côtés de cette femme fut l’une des pires choses qui lui ait arrivé dans sa vie, Vigane fut vraiment écœurée de ce qu’elle était en train de faire. Elle resta là, couchée sur son lit, se mettant de dos par rapport à son "amante", préférant attendre qu’elle se réveille le plus rapidement possible afin d’avoir la paix. Lorsque cela arriva, Hela resta douce avec elle, on dirait bien que la bleue venait de faire une énorme gaffe… Doutes et regrets fusèrent dans sa tête lorsque la blonde partit, laissant une Vigane en pleurs dans les bras de Mélina juste après que la porte s’est refermée derrière elle. Malgré ce terrible handicap fixé sur son cœur, elle continuera de jouer le jeu jusqu’au coup de grâce, en l’hommage de Marben.


Suite à cet incident, parce qu’elle vous répétera quand même que c’en était un, faut pas être aveugle non plus, bref je raconte la suite : elles continuèrent de se voir régulièrement, Hela insistant sur le fait qu’elle voulait la voir le plus longtemps possible avant de retourner au front. Cela rappela d’ailleurs à Vigane qu’elle devra agir avant qu’elle parte, sinon ce sera trop tard. Il lui restait encore quelques mois tout de même, elle avait de la marge, mais il faudra quand même qu’elle frappe le plus tôt possible. Elles étaient donc officiellement amantes, Vigane ne faisant strictement rien pour arranger sa situation. Sa petite famille tentait de la convaincre de cesser cette folie, qu’elle se faisait du mal pour rien, mais la bleue était têtue : pas question d’abandonner maintenant, elle était déjà allé beaucoup trop loin pour s’arrêter là. D’ailleurs, sa patience finit par payer : l’officière finit par l’inviter chez elle, c’était l’occasion ou jamais de trouver des bons plans pour frapper, voire même de dénicher quelques secrets embarrassants qui pourraient servir.

Arrivée sur les lieux, Hela, insouciante, lui fit le tour du propriétaire. C’était une grande maison, elle était la fille unique d’une famille riche, ses parents étant morts peu de temps après son entrée dans l’armée, une maladie pour l’une et un suicide pour l’autre. Elle avait quelques hommes à sa charge, mais à part ça elle était seule. Bien, c’était une première bonne nouvelle. Mais Vigane s’attardait davantage à mémoriser toutes les pièces, cela lui sera très utile une fois qu’elle aura quitté la demeure. Elles dînèrent donc ensemble et la bleue tenta de se sauver, cependant, comme elle devait s’y attendre, Hela la persuada de rester. Cédant à ce caprice contre son gré, elle vécut une autre de ces nuits calvaires, même si elle prenait goût à s’amuser avec elle, c’était surtout le reste de la nuit après l’acte qui la dérangeait en fait. Le lendemain, elles déjeunaient encore toutes les deux et la bleue réussit à s’extirper en assurant qu’elle devait assister sa mère au bordel. Les choses allaient enfin avancer à présent.

Enfermée dans sa chambre, Vigane se concentra le plus possible, se remémorant la demeure en entier avant d’utiliser sa transposition : elle cherchait à mettre la main sur des documents, n’importe quoi qui puisse l’idée à piéger cette femme. Son don lui imposait de savoir à quoi ressemblaient le lieu où se trouvait l’objet désiré et l’objet en question : elle connaissait parfaitement l’un, elle n’avait d’autres choix que d’imaginer l’autre. Elle pensa à toutes les couvertures possibles pour un hypothétique journal intime, à toutes les couleurs et formes de feuilles, manuscrits, papyrus, passant en revue toutes les pièces de cette demeure à chaque fois. Elle réussit parfois à matérialiser quelque chose, mais cela ne l’aidait pas plus, ne lui apprenait rien, ou alors c’était quelque chose d’assez drôle à savoir mais inutile sur le coup. Cette opération lui prit des heures et des heures, jusqu’au moment où elle repensa à cette espèce de livre qu’elle ramenait tout le temps lorsqu’elles discutaient à propos d’Archange, là où elle notait tout ce qu’il lui semblait utile… Vigane fit donc apparaître ce livre dans la main, et là c’était la révélation du siècle : Hela était une taupe de la Rébellion, une espionne envoyée pour rapporter des informations à Ardhès. Sa mission actuelle était d’identifier la menace de la justicière Archange et d’inspecter les agissements actuels de l’Empire à Concordia. Ces preuves feront fureurs, elle aura la corde au cou lorsque cela s’ébruitera. Mais même avec ça, Vigane commençait à douter de la croyance de la garde, il fallait que quelqu’un d’assez connu offre ces preuves afin de les rendre authentique : elle pensa alors immédiatement à une personne de confiance.

" T’inquiète pas, Marben, l’heure de la justice a sonné. "

A la tombée de la nuit, l’officière était une fois de plus seule chez elle, se préparant à aller voir son amante. Mais un bruit de bris de glace l’alerta, s’emparant de son épée pour chasser l’individu qui avait osé s’infiltrer chez elle. Et ce fameux intrus n’était nul autre qu’Archange, Hela s’extasiant d’enfin mettre la main dessus. Mais avant qu’elle ne puisse faire quoique ce soit, la justicière retira son heaume pour révéler son identité : l’officière fut pétrifiée de constater que c’était la personne qu’elle aimait le plus qui se cachait derrière cette pseudo héroïne. Vigane accoucha tout : sa deuxième facette de justicière, l’exécution de son ami, son envie de le venger et toute cette mascarade qui les liaient toutes les deux. Elle parla également de sa découverte, la menaçant de coopérer avec la garde pour faire justice à son rang. Mais comme il fallait s’y attendre, Hela ne fit que s’énerver, bien déterminée à se venger elle-même de cette tromperie et de tuer la bleue pour éviter qu’elle révèle au monde sa position de rebelle.

Un duel s’ensuivit, et sachant que l’officière était plus expérimentée que la justicière de ce côté-là, cela risquait d’être tendu pour cette dernière. Heureusement, Vigane avait l’avantage d’avoir ses pouvoirs magiques, se tenant alors sur un pied d’égalité par rapport à cette guerrière. La blonde ne se fit pas impressionnée par la taille de son adversaire, ni par la taille de sa claymore également et ses dons de l’Éther, elle parvint même à la blesser plusieurs fois au visage, l’armure argenté protégeant le rester de son corps. Quant à la bleue, elle n’arrivait pas à atteindre cette rebelle, trop rapide pour elle, même si elle l’effleura quelque fois de sa lame et qu’elle pouvait la bousculer fortement contre les murs, les tables et autres armoires sur le chemin ; l’espace du combat étant également réduit, c’était plus difficile de manier son arme dans ces conditions. Cet échange musclé s’éternisant, Hela finit par lâcher que personne croira Vigane au sujet des preuves, cette dernière explosa de rire, un sourire narquois se dessinant sur ses lèvres.

" Je sais que j’ai une grande gueule, alors j’ai demandé à quelqu’un qui a une plus belle voix. "

Ne comprenant pas ce qu’elle voulait dire par là, l’officière se contenta de terminer le travail, jusqu’à ce que les gardes arrivent. Elle leur ordonna d’arrêter Archange, mais ces gros bras l’immobilisèrent elle, l’emmenant hors de la maison pour la jeter en prison. Le capitaine de la garde apparut juste après sa sortie, en compagnie du noble Thémis. Il félicita et remercia Vigane pour cette performance, il ajouta que Kasdan lui avait bien offert les preuves et qu’il avait précisé que c’était Archange qui le les lui avait donné, exactement comme elle lui avait demandé de faire. La bleue confirma alors ces dires en avouant qu’elle était Archange, pas difficile à remarquer vu l’armure, et qu’elle avait choisi Kasdan Thémis comme porte-parole car elle n’était pas sûre que la garde avale les paroles d’une tête mise à prix. Le capitaine comprit ses actes et assura que, avec cette preuve de coopération avec l’Empire, Archange n’allait plus être poursuivie et même que son aide sera apprécié dans le futur. S’inclinant respectueusement, la bleue lui rétorqua tout de même de ne pas dévoiler son visage publiquement.

Quelques jours plus tard, alors que la traître ait été torturée pour lui soutirer des informations, Hela fut exécutée pour trahison et à cause de son silence, étant apparemment bel et bien une pro-rebelle. Vigane eut l’honneur de la pendre elle-même, se cachant sous l’armure d’Archange toutefois, donnant un grand coup de pied dans le levier actionnant la potence. Par la même occasion, le capitaine annonça que la justicière n’était plus poursuivie et ceci signa sa coopération définitive avec la garde de Concordia, et même avec tout l’Empire de Valor, toujours d’actualité durant les années qui suivirent. Cette montée en puissance fut une excellente nouvelle pour la justicière, qui se promit de drainer davantage de pouvoir en plaçant la Rébellion d’Ardhès en première place sur sa liste noire des pires injustes en ce monde.


" Au tout début, je n’étais qu’un grain de poussière sur cette étendue désertique, vivant mon existence privée de choses palpitantes à raconter. Et puis un jour, un héritage me fit devenir un diamant. Destinée à servir une cause qui s’était transmise de génération en génération ou simplement un pur hasard, peu importe, j’endosserai cette armure et me tiendrai sous l’emblème du pouvoir. L’Empire est nécessaire, et non injuste, les rebelles ont intérêt à le comprendre, car je serai l’une des innombrables personnes prête à leur refaire le portrait lorsque l’occasion se présentera ! "



Quel âge as-tu ? : Tu ne veux pas ma photo, aussi ?
Quel est ton prénom ? : Que de questions vous taraudent ♫ ]Morrigan en deuxième prénom ? Wink]
Disponibilité sur le forum ? : Ça dépend si forum-actif bug, en fait
Que penses-tu du forum ? : Mais c'est un sondage, ou quoi ?
As-tu lu les règlements ? : Bon, je suis le DC d'Ashill, ok ? Alors si lui a lu les règlements, moi aussi !
Le code ? : Code validé par Adria

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adria

avatar

Race : Elfe
Age du personnage : 30
Maître/Ecuyer : /
Armes : Arc (principal) / Dagues
Armes magiques : /
Messages : 289
Date d'inscription : 26/02/2012

Feuille de personnage
Niveau:
13/20  (13/20)

MessageSujet: Re: Vigane   Dim 29 Juil - 12:03

Re-Bienvenue² !

Très bonne fiche, j'aime beaucoup ce personnage (Et je ne l'ai pas encore vu à l'oeuvre xD).
J'ai failli faire une remarque pour le dernier pouvoir. Je trouve que c'est une bonne idée d'en répertorier un qu'on lui a inventer.
Juste dans ton histoire, parfois tu dis "il" au lieu de "elle". Cela arrive quelques fois, mais bon vu la taille du pavé je ne vais pas chicoter.

Je te valides avec un niveau 11 !


~~Présentation~~

Code couleur pour les paroles d'Adria : #003333
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shattered-emblem.forum-canada.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vigane   

Revenir en haut Aller en bas
 
Vigane
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shattered Emblem :: Les fragments :: Les fragments de Liberté :: Présentations validées :: Empire de Valor-
Sauter vers: